Archives pour la catégorie Uncategorized

De la montagne à l’océan…

C’est un mois d’octobre complet que nous venons de passer… nous menant de la haute montagne jusqu’au bord de mer.

Qui dit octobre, dit brame du cerf… moment privilégié et toujours aussi marquant et impressionnant, qu’on a pu apprécier une nouvelle fois dans le luchonnais. Le vent du sud soufflant fort, le plaisir a été un peu gâché, les animaux étant sûrement déroutés par les températures atteintes à cette époque encore.

Immersion en Vallée d’Oueil et sur les pentes du Peyresourde:

Soirée entre Bourg d’Oueil et Cirès, qui après un petit tour en lisière de forêt nous offre ce spectacle d’une biche et son faon…

Au fond de la vallée, le village de Bourg d’Oueil…

Le lendemain, direction les pentes du Peyresourde, et le petit village de Portet de Luchon pour admirer les paysages d’automne…

Après un repas pris au bord de l’aérodrome de Peyragudes, petit tour à notre petite pépite, la vallée de la Pez en fond de Louron:

Vue depuis Peyragudes…

Il nous manquait de pouvoir vraiment apercevoir un ou des cerfs… et en redescendant le col de Peyresourde vers Luchon…

 

Fin du mois, direction la Bretagne pour un séjour express mais intense. Le trajet est l’occasion de faire une halte sur l’Ile de Noirmoutier, un coin qui m’attirait depuis un moment par la particularité de son lien naturel avec le continent: le passage du Gois. L’ile vaudra vraiment le coup d’y revenir pour y passer quelques jours et découvrir le château, les réserves naturelles les plages et port de pêche…

le soleil nous accompagne pour ce premier jour de trajet…

La Plage des Dames, qui a servi de cadre au tournage du film « Les vacances du Petit Nicolas »…

Et bien sûr pour repartir, on s’est assuré d’être dans le bon créneau horaire pour traverser le Passage du Gois et ses 4km à travers la mer…

Direction le Pont de St Nazaire, pour aborder la Bretagne…

Petit arrêt déjeuner en face le château de Bretesche à l’entrée de Missilac…

Quelques jours de pluie et temps variable, et nous restent deux jours pour parcourir les terres bretonnes…

Après-midi sur la presqu’île de Kermorvan et sur son îlette dominée par les ruines d’un fort qui était destiné à défendre le passage vers la rade de Brest ainsi qu’à prévenir tout débarquement dans l’anse des Blancs Sablons.

la Plage des Blancs Sablons

 

Journée à Locronan, petit village typique du Finistère

Montagne de Locronan, avec une chapelle dont l’histoire est vraiment singulière, à retrouver ici

Vue sur la baie de Douarnenez…

le vélo, jamais bien loin de mes pensées…

Avec les plaques de rue de chez Henriot…

Après la visite du village jusqu’au Manoir de Kerguénolé et un petit restaurant, direction la baie de Douarnenez entre la Pointe de Tréfeuntec et la plage de St Anne la Palud.

Pointe de Tréfeuntec, au coeur de la baie de Douarnenez… A droite le Cap de la Chèvre et à gauche la pointe du Raz.

Vue sur l’île Salgren qui n’est une île qu’à marée haute et qui marque la séparation entre la plage de Sainte Anne La Palud et celle de Ty Anquer…

Sur la plage de Kervigen, les restes d’une épave…

Retour en terre Occitane avec notre arrêt maintenant régulier à la Roche Bernard…

 

Une journée au sommet…

Quelques pics, des lacs du Néouvielle, des panoramas inoubliables pour une journée au plaisir infini…

Partis du col du Portet, un parcours de crête, qui finit sur le Pic de Pichaley à 2626m, nous a offert une suite de panoramas, tous plus beaux les uns que les autres…

Et l’immense bonheur de pouvoir découvrir très vite dès le début de ce parcours, le Mont Perdu au loin (avec à droite le Cylindre du Marboré, et le Soum de Ramond à gauche) et la Muraille de Barroude…

Et pour ne rien gâcher, juste en partant dans la descente sur le bord de la route, dans un lacet, une petite marmotte nous attend…

Toutes les photos ici:

Au fond de l’Ariège… le Biros

Prêts pour une semaine nature dans un gite en plein coeur du Biros, région reculée de l’Ariège, et parce qu’il faut savoir encore se surprendre pour pimenter nos randonnées, les Pyrénées étant immense, cette semaine a été une découverte pour nous…

La première journée s’avère maussade dans l’après-midi, un petite promenade dans les environs de Sentein nous suffira…

Premier jour de la semaine direction les villages du Biros pour un tour de la vallée… attaqués par les taons et au milieu des chemins à la végétation envahissante, on décide d’écourter le tour néammoins satisfaits de la journée passée dans la montagne biroussanne…

La deuxième journée de la semaine nous entraîne dans l’histoire de cette vallée, en partant du Bocard d’Eylie… les vestiges de l’extraction de minerai dans ces vallées semblent comme figés dans leurs dernières années, la population qui se comptait en milliers de personnes est passée aujourd’hui à une grosse centaine… ce lieu empreint d’histoire est impressionnant quand on peut distinguer sur les hauteurs encore poteaux, cables, baraquements, qui servaient à descendre plomb ou zinc des sommets…

Notre randonnée nous amène également vers le cirque de la Plagne, un lieu d’estives où les cascades se multiplient, comme celle descendant du ruisseau de Tartereau…

Mercredi de forts orages sont annoncées pour l’après midi, nous nous en tenons donc à une promenade en Vallée de Bethmale le matin sur les bords de l’étang éponyme…

la soirée fut pluvieuse…

Jeudi devait sonner le retour du soleil, malheureusement il se fera rare… Ne souhaitant pas repartir de ce coin d’Ariège sans avoir vu la Vallée du Riberot si proche, je décide d’y faire un petit saut le matin pour voir de plus près… Dès mon arrivée, je découvre un environnement impressionnant, c’est décidé l’après-midi se déroulera dans cette contrée à la découverte de la cascade de Nerech, sur le chemin du Mont Valier…

Pla de la Lau, avec la Maison du Valier…

Cette forêt est saisissante et ce chemin annonce un véritable voyage inoubliable à faire vers le sommet du Mont Valier…

Cascade de Nerech, avec Lys des Pyrénées et rhododendrons…

La pluie hélàs vient un peu gacher cette randonnée mais elle nous aura permis de ne pas subir la chaleur…

Vendredi, pour le dernier jour, direction un étang d’altitude pour bien terminer cette semaine: l’étang d’Ayes réputé pour regorger de truites… encore une fois le ciel sera bas, mais pas menaçant. 

Toutes les photos du séjour ici :

 

 

Escapade pyrénéenne…

Deux jours même pas en pays de Luchon, mais des moments exceptionnels encore une fois dans ces montagnes…

Arrivé en fin d’après midi, la montée au Lac d’Oô se fera en soirée, à partir de 18h30…c’est parti pour 40min de montée au milieu d’une nature gorgée d’eau…

Le lac est alimenté par une cascade en furie avec toute la neige présente dans les étages supérieurs de la montagne… c’est un instant assez exceptionnel, les seules personnes présentes là-haut sont le gardien du refuge et deux campeurs… la nature prédomine l’instant, je savoure…

Il faut hélas redescendre, une dure journée m’attend demain, mais le lac d’Oô est vraiment à voir hors période touristique et quand l’hiver nous laisse le répit de pouvoir enfin y monter…

Deuxième journée attaquée tôt le matin pour pouvoir profiter au max de la fraîcheur… Direction Bézins-Garraux (environ 700m) à un quart d’heure environ de Luchon.

Le début se fait sur une piste mais bien vite on atteint la bifurcation pour attaquer les 1000m de dénivelé positif…

Le premier palier se situe à 1460m avec le col de Teyech, la forêt à traverser grouille d’oiseaux qui profitent aussi de la fraîcheur du matin…

On aperçoit les falaises hautes de plus de 300m au sommet desquelles se situent les deux pics à atteindre…

l’arrivée au col de Teyech et l a vue sur une partie de la descente  qu’il faudra suivre en face…

En option je me permets l’aller-retour au Pic de Prat-Dessus 1527m sur la gauche du col et qu’on atteint très rapidement en quelques pas… la vue sur toute la vallée et les sommets alentours est déjà superbe.

Quelques vautours se préparent à l’envol sur un piton rocheux en contrebas…

 

Retour sur le chemin initial pour attaquer la « deuxième moitié » de la montée, plus aérienne et à découvert… heureusement toujours à l’ombre, le soleil se levant de l’autre côté du massif.

le sommet est en vue même si la pente est raide…

L’arrivée au sommet du Pic Saillant est assez impressionnante, avec sa grande croix qui est bien visible depuis la vallée, et qui borde les très hautes falaises…

Les grands sommets, et 3 000m du luchonnais notamment se dévoilent enfin, et le panorama est déjà énorme… l’enchainement avec le Pic du Gar est assez rapide même si on cherche un peu sa trace… Le massif de l’Aneto, lui, se cache encore derrière les nuages.

Après un bon moment passé au sommet du Pic du Gar, retour sur le chemin et passage sur la crête pour la descente…

Puis vient le temps de trouver un bon coin pour admirer le paysage, et profiter d’un bon déjeuner…

Trouvé! vues sur le Burat et le Bacanère (les hauts sommets en face), puis derrière sur la Maladeta et l’Aneto qui ont décidé de se montrer!

Après une bonne heure, il est temps de repartir, d’autant que la chaleur commence à se faire sentir et le chemin est encore long…

Zoom sur l’Aneto et le massif de la Maladeta…

Traversée de forêt, où on imagine très bien l’ours évoluer…

Col de Caube, 1335m, dernière vue sur l’Aneto…

Très beau belvédère pour 1335m…

La partie qui suit sera longue et très pentue, mais heureusement abritée sous les arbres, le soleil donne tout ce qu’il a pour chauffer la vallée apparemment, les 2x700ml d’eau ne seront pas de trop…

Heureusement le circuit se termine en passant au bord d’un torrent dont les vertus ne se révéleront que dans plusieurs dizaines d’années… ou pas…

Et pour finir convenablement ce séjour, on ne saurait boire autre chose que la bière locale…

Un coin secret de l’Espinouse

Une dernière journée de petites vacances annoncée ensoleillée, il n’en fallait pas plus pour qu’on chausse nos chaussures de randonnée, dans un secteur qu’on avait découvert l’an dernier du côté du Caroux cette fois… Cette fois direction Andabre, à la limite entre Hérault, Tarn et Aveyron…

Un premier tronçon nous conduit sur la crête de St Eutrope vers la chapelle toute en pierre Notre Dame de St Eutrope accrochée dans la pente. Le sentier commence par longer le GR653, puis bifurque dans la réelle montée qui alterne sentier et marches aménagées en pierres sèches. 

Très vite en sortant de la forêt de châtaigniers, les panoramas se dévoilent et on commence à en prendre plein les yeux..

Puis arrivée à cette chapelle pour une première pause… déjeuner avec vue…

Le tour prévu est encore très long, et nous repartons dans la crête sans trop savoir que le cheminement sera très accidenté et puisera bien dans nos forces… 

Le sommet du Plo des Brus 1024m sera atteint après quelques heures et après être passé par des escaliers, passages entre rochers nécessitant quelques pas d’escalades, sentiers abrupts, au milieu des genêts et amandiers…

le panorama est exceptionnel à cette altitude et sur ce massif qui domine jusqu’à la Méditerranée…

En face les falaises d’Orque …

La suite du parcours, emprunte la crête de Serre de Majous sur un sentier très bien balisé qui mène au troisième point clé de ce parcours: le portail de Roquandouïre, véritable curiosité géologique et croisée des chemins…

 

On bifurque alors dans la descente vers Andabre, en rejoignant à mi-pente de nouveau l’étage de la forêt de châtaigniers, pour finir sur un morceau de piste aménagée.