Lostmarc’h

Pointe de Lostmarc’h et Cap de la Chèvre

Après une année bien chaotique avec ce confinement, il était temps de prendre des vacances bien méritées… Direction la Bretagne pour reprendre son souffle et découvrir un coin qui nous appelle depuis un moment, la Presqu’île de Crozon.

On a choisi de « s’isoler » un peu pour trouver du calme et du silence comme on apprécie, et ce petit coin dénommé Lostmarc’h a été parfait, accès au sentier côtier immédiat et fenêtre sur l’océan, tout en ayant la ville de Crozon à dix minutes.

Ici on retrouve une végétation fleurie et bien verte pour notre plus grand bonheur… Et en même temps le sentier côtier et ses bruyères n’est même pas à cinq minutes…

Les premiers jours sont un peu chaotiques, et soleil et temps gris se succèdent dans une même journée, les températures restent douces et nous permettent de découvrir tout simplement les alentours…

le menhir restant sur la pointe de Lostmarc’h rythme mes matinées par des petites visites sur le sentier côtier en guise de réveil…

Finalement, le temps se sera arrangé après le premier week-end, et nous aura permis de profiter d’après-midi agréables, et ainsi de randonner dans des coins tous plus étonnants les uns que les autres.

Tout d’abord sur les bords de l’Aulne, embouchure du canal de Nantes à Brest, pour découvrir le Pont de Terenez vue de la rivière…

la bière locale, un délice…

Puis du côté de Roscanvel, pour enfin accéder au Fort des Capucins et s’amuser de voir un phoque à quelques mètres de nous…randonnée raccourcie par une légère pluie au niveau de la Pointe de Cornouaille mais qui nous aura permis d’arpenter ces chemins chargées d’histoire…

la Pointe de Cornouaille

Pour rester toujours dans le coin et après deux journées avec plus de neuf kilomètres pour chaque sortie, on a pris le chemin le lendemain de l’île de l’Aber et son fortin pour un tour plus restreint, mais un panorama sur l’anse de Morgat splendide…

Une journée pluvieuse suivra, mais avec un petit tour à Camaret …

Depuis très longtemps, les Monts d’Arrée m’attiraient, une petite visite de la forêt légendaire de Huelgoat, ses rochers spéciaux et sa roche tremblante de 137tonnes notamment , est l’occasion de revenir en croisant tous les plus grands sommets de la Bretagne sur le chemin (Roc’h Trevezel 385m et Tuchenn Kador 385m aussi près de la route), non sans s’arrêter sur un des plus célèbres, le Mont St Michel de Brasparts (381m), sa chapelle du XVIIème siècle (qui aurait succédait à un temple celte voué au culte solaire) et son panorama à 360°.

Pour mon anniversaire, un autre « must » à voir, la Pointe du Raz ! on y était passé il y a quelques années, mais en mer en direction de l’île de Sein… il était temps de corriger ce manque et enfin fouler ce bout de France ! Partis de la plage de la Baie des Trépassés, un fois de plus un magnifique après-midi de randonnée sur le chemin côtier avec des vues magnifiques sur les phares de Tevenec, la Vieille et l’Île de Sein plus loin…

Et après ces quinze jours de promenades, randonnées, dégustation de crêpes, cidres, chouchen, bières locales, et de vie au bord de l’océan et dans cette pointe parsemée de chemins en tout genre, il sera temps de rentrer dans notre Occitanie…

Toutes les photos du périple en lien ici :

Tour du Pic de Cabanatous, entre Couserans et Vicdessos…

La météo semblait propice à une randonnée la semaine dernière, et puis une dépression est venue tout chambouler et nous amener un vent du sud et sa chaleur si désagréable… Ce tour en plus de ses conditions climatiques restera quand même dans les annales tant son parcours autorise des panoramas tout bonnement incroyables sur les vallées environnantes.

Arrivés la veille pour pouvoir être à proximité du départ, on en profite pour visiter la chapelle qui domine Oust dédiée à Notre de Dame, qui sauva le village du choléra.

Au petit jour, le vent souffle déjà dans la vallée, mais on a toujours bon espoir de rencontrer moins de chaleur à 1900m…

Direction le plateau de Coumebière, départ de nombreuses randonnées, dans le col d’Agnès après Aulus.

Il est 8h, le soleil ne sautera pas le Port de Saleix avant un moment, et finalement nous laissera le gravir dans l’ombre. Les vues sur la vallée vers Aulus et surtout au fond le Mont Valier sont superbes, la température est supportable même si pas normale…

Au deux tiers de la pente, une petite pause rafraichissement, et en parcourant les crêtes, une petite ombre accroche la vue… des isards!…

Ils sont au nombre de trois, et ils restent accrochés dans la pente à scruter l’horizon… moment de rencontre aux jumelles… On continue finalement notre montée pour arriver au Port de Saleix 1793m au bout de plus ou moins 1h30. Le soleil vient juste de sauter la crête, les températures montent…

Versant Couserans avec Aulus tout en bas…
Versant Vicdessos vers les orris de Carol…
le Port de Saleix vue de la suite du GR10

Le chemin reprend par une montée bien raide sur les pentes du Mont Garias, heureusement nous bifurquons assez vite pour rejoindre les bords de l’étang d’Alate situé à 1869m.

Etang d’Alate

Le vent s’engouffre par moment dans ces cuvettes, et soulève quelques vaguelettes sur l’étang. Le temps de se poser un peu, la chaleur s’installe, et nous repartons en direction du Port de Bassiès. L’arrivée au Port de Bassiès 1935m, nous ouvre toute une nouvelle vallée impressionnante et ses grands sommets qui la dominent. Les étangs scintillent au soleil, le vent souffle fort, ça permet de supporter la température élevée mais coupe un peu la respiration, il est temps de trouver un endroit à l’abri pour déjeuner, il est midi.

Après une halte plus courte que d’habitude, tant rester en plein soleil sans le vent n’est pas si agréable, il est temps de se remettre en route vers le col de las Fouzès qui nous permettra de basculer dans la descente. Après un bon kilomètre à gravir et serpenter entre les rochers, avec toujours cette vue sur les étangs de Bassiès, on arrive enfin au point de basculement du tracé.

Vue le Pic des Planes 2063m, le Pic des Fouzès 2281m, le Pic de Caumale et la Pique Rouge de Bassiès 2676m
Col de las Fouzès 1944m
Vers la vallée de Bassiès et ses étangs
Vers notre chemin retour et la vallée du Garbet

La pause est courte, l’endroit venté. Il est temps de se jeter dans la descente, deux kilomètres nous attendent toujours en plein soleil et sur un chemin où il faut regarder à tout instant où on pose ses pieds. Le premier kilomètre nous fait perdre très vite de l’altitude, de nombreuses marches naturelles ponctuent le sentier. Ensuite le chemin part en travers sur un bon kilomètre en suivant une ligne de niveau.

Regard en arrière sur le col…

La vallée du Garbet s’ouvre sur notre gauche, et ce fond de vallée avec le cirque de Garbettou est incroyable. Ces instants sur les sentiers lorsqu’on domine une vallée sont assez exceptionnels…

On distingue bien en plein centre le Cirque de Garbettou avec au premier niveau l’étang du Garbet qui est caché par son verrou, et au deuxième niveau l’étang bleu .

Arrivés à 1648m, il est temps de plonger dans la forêt et ses ombres bienfaisantes, pour atteindre d’abord le petit étang de Labant et ensuite les anciennes Mines des Argentières. 11km de randonnée en pleine chaleur, où même si le souci de bien s’hydrater ne nous aura pas lâcher, le parcours nous aura rempli de panoramas plus inoubliables les uns que les autres.

Toutes les photos en grand :

Pic de Tarbésou et étangs de Rabassoles…

Les températures étant retombées depuis quinze jours, et avant qu’elles ne remontent, c’était un week-end occasion pour randonner. Le Pic de Tarbésou et ses étangs au pied, m’attiraient depuis un moment pour ses panoramas, sa crête et bien sûr la possibilité de s’arrêter aux étangs de Rabassoles pour passer un moment.

Le mieux était de passer la nuit sur Ax-les-Thermes, pour être très proche du départ, dormir convenablement et s’éviter un long trajet avant la rando.

Le départ depuis un peu en dessous du Port de Pailhères, est très progressif, avant d’attaquer une dernière portion bien plus pentue…

A droite le St Barthélémy
Vue sur le Madres…
Vue sur la route côté Mijanès…
Panorama Pic de Tarbésou 2364m
Avec la Dent d’Orlu au centre-droite…

L’envie de mettre pied sur cette crête est forte, mais pas forcément pour la faire en entier cette fois… un sentier existe au tiers de la crête mais le chemin se perd sur la carte… mais le cheminement est assez évident et sans gros danger, donc va pour cette option là, qui nous permettra de déjeuner au bord de l’eau plutôt que de s’engager dans un raid trop long…

Vue sur la descente du Pic depuis la crête…
Portion descendue entre crête et étangs, un peu hors trace…

Arrivés en bas, l’étang de Rabassoles se situe 100m plus bas, on choisit de se poser à l’étang Bleu, un petit cheminement y amène après une brève montée…

Etang Noir
Etang de Rabassoles en dessous…
Etang Bleu 1920m et ses gentianes…

Une bonne pause nous permettra d’engranger des forces pour le retour et sa montée plein soleil vers le col de la Coumeille de l’Ours tel un chemin de croix…

Vue sur l’étang Bleu
Dans la montée vers le col, point de passage obligé…
Col de la Coumeille de l’Ours 2176m
Depuis le col, vers le départ et la voiture…

Dans la descente, un recoin de chemin renferme une zone humide parsemée de linaigrettes magnifiques à voir…

A l’arrivée, un peu plus de 11km pour cette jolie boucle, le retour se fera versant audois, avec un passage à Mijanès, et surtout les gorges de St Georges, un peu de road-tourisme dans des contrées inconnues…

Toutes les photos en plus grand sur l’album ci-dessous:

Pic de Girabal par le col de l’étang d’Appy…

Une belle randonnée pour bien commencer l’été, voilà ce qu’il nous fallait… Les températures n’ayant pas passé le seuil de canicule cette année, les promenades dans la montagne sont encore possibles et agréables.

Etang de Fage-Belle, près du départ…

Le secteur relativement plus proche reste l’Ariège, ça tombe bien, de nombreux parcours sont accessibles. Les Monts d’Olmes m’attiraient depuis un moment, il était temps de faire connaissance. Le Saint-Barthélémy était un objectif, mais finalement le col d’Appy et le pic à sa gauche « Pic de Girabal » (même si sur certaines cartes il n’y porte pas de nom) ont été de bien beaux et suffisants belvédères pour cette fois. Le dernier rempart à grimper avant le col d’Appy est certes bien raide et très caillouteux, mais comme nous l’a dit une habituée dans la montée, « le panorama au col vaut le sacrifice ! » et c’est vrai! Du Pic de Rulhe à gauche au Mont Valier à droite, c’est tout un morceau de la chaîne des Pyrénées qui s’étale devant nos yeux, avec comme premier plan dessous l’étang d’Appy, plus loin le plateau de Beille puis viennent les grands sommets Estats, Rouge de Bassiès et même l’Aneto-Maladeta.

le pays des rhododendrons à perte de vue près des cols…

La montée au Pic de Girabal 2169m rajoute (du dénivelé…) du somptueux et de la profondeur à cette immensité qui nous fait face.

Le retour semble rapide de là-haut, mais le sentier demande de la patience pour rejoindre la station des Monts d’Olmes.

A droite le Pic de Girabal escaladé, et à gauche la montée vers le Saint-Barthélémy…

En liberté au lac de Vesoles…

Après un samedi passé sur les routes et chemins de la Montagne Noire, ce beau temps de fin mai et une grande occasion comme un anniversaire très spécial nous ont entrainés vers un des très beaux lacs du Plateau du Somail.

Le Lac de Vesoles est perché à plus de 900m d’altitude, fait plus de 50 hectares, offre un magnifique coin pour déjeuner, et un tour de plus de 6km qui serpente entre chemins, pistes (un coin à vtt assurément), ponton sur tourbières et de très beaux points de vue sur les forêts et sommets alentours notamment depuis les rochers du Saut de Vésoles (ici la légende sur ce site remarquable).